Au secours, mon chat est « bouché » !

Problème fréquent et parfois récurrent chez le chat mâle (principalement), le terme « chat bouché » désigne en fait une obstruction de l’urètre qui empêche le chat d’uriner. Cette affection peut avoir des conséquences très graves rapidement, notamment à cause des complications cardiaques et rénales qu’elle induit. Vet’in Vienne vous donne tous les conseils pour gérer l’urgence et décrypte pour vous les traitements qui peuvent être mis en place !

  • Quels symptômes doivent m’alerter ?

Généralement, il est facile d’avoir une suspicion car le chat bouché devient subitement amoureux de sa litière : il y retourne plusieurs fois à quelques minutes d’intervalle, se met en position pour uriner, et semble forcer. Parfois, un chat qui était parfaitement propre jusque là va tenter d’uriner à des endroits complètement incongrus : sur un canapé, un lit, dans un coin de pièce… Surtout, en le voyant faire, ne le punissez jamais : vous ne feriez qu’augmenter son stress et donc son problème urinaire !

La difficulté est souvent de savoir si le chat est vraiment « bouché » (en termes plus scientifiques, on parle de syndrome obstructif du bas appareil urinaire félin) ou s’il souffre d’une « simple » cystite, donc une inflammation de la vessie, qui est très douloureuse mais n’empêche pas l’évacuation de l’urine. En effet :

  • L’urine peut être émise au goutte à goutte, ce qui la rend très difficile à repérer
  • Une cystite non obstructive peut très bien se compliquer et devenir obstructive, un chat n’ayant pas forcément besoin de présenter des calculs pour être bouché.

On confond aussi facilement avec de la constipation, qui existe bien sûr aussi chez nos amis félidés.

  • Que dois-je faire dans l’urgence ?

En cas de problème urinaire, nous recommandons presque toujours une intervention urgente. Au minimum, n’hésitez jamais à appeler un vétérinaire pour lui décrire la situation (standard Vet’in Vienne : 04 74 530 530) !

Si le chat est vraiment bouché, la mort peut survenir en 48 à 72 heures… Et les complications rénales et cardiaques apparaissent bien plus tôt !

Si votre chat n’est pas complètement bouché (vous le voyez émettre des gouttes d’urine, parfois colorées de rouge à cause de la présence de sang), il est quand même très intéressant d’intervenir rapidement. En effet, par un effet de cercle vicieux, la simple cystite peut très vite se transformer en chat bouché. La prise en charge à domicile est particulièrement intéressante pour un chat en cystite, car en lui évitant le transport en voiture et l’arrivée dans un lieu connu, on évite d’accroître son stress. Or ce dernier est un facteur déterminant dans l’apparition et le traitement des cystites chez le chat.

En attendant l’intervention du vétérinaire, gardez votre chat au calme (si besoin vous pouvez l’isoler dans une pièce sombre avec sa litière) et évitez de le manipuler ou de le porter.

  • Que va faire le vétérinaire qui intervient chez moi ?

En premier lieu, il va examiner complètement votre chat, et notamment chercher à déterminer s’il est vraiment bouché. Pour cela, il va délicatement palper l’abdomen de votre chat pour détecter un « globe urinaire » : c’est ainsi que l’on désigne la vessie quand elle est pleine et très dure à force de ne pas pouvoir se vider. Si le chat est en globe urinaire, il est bouché.

Le vétérinaire qui intervient en urgence va également chercher à déceler des complications potentiellement graves, notamment au travers de l’auscultation cardiaque.

  • Et ensuite ? Va-t-il faire un sondage urinaire à mon domicile ?

Tout d’abord, de quoi parle-t-on ? Sonder un chat, c’est mettre en place un tuyau très fin dans son urètre pour permettre à l’urine de s’écouler.

A Vet’in Vienne, nous pratiquons rarement le sondage à domicile, bien que ce soit tout à fait possible dans certaines conditions. En effet les dernières recommandations validées en terme de traitement du chat bouché sont d’hospitaliser le chat pendant au moins 24 heures avec une sonde urinaire en place. Or on comprend facilement qu’il est plus compliqué de transporter un chat avec une sonde déjà fixée au prépuce ! Mais encore une fois, il existe de nombreuses exceptions : n’hésitez pas à en discuter avec le vétérinaire qui intervient chez vous, pour déterminer quel est le traitement qui est le plus approprié pour votre chat, dans votre situation !

  • Mais alors, quel va être le traitement à domicile ?

Ce n’est pas forcément instinctif, mais dans le traitement du chat bouché, la première urgence n’est généralement pas de vider la vessie !

Dans le cas de complications cardiaques, par exemple si le cœur ralentit, la première chose à faire est de le stabiliser, notamment avec une perfusion.

L’administration d’analgésiques puissants, voir d’un produit légèrement sédatif permet aussi à l’animal de mieux tolérer le transport vers une structure d’hospitalisation appropriée. Cela peut aussi faciliter la mise en place ultérieure d’une sonde.

Si le vétérinaire qui intervient chez vous juge préférable de décompresser la vessie sans délai, une fois votre chat bien stabilisé, il est possible qu’il recommande une cystocentèse au lieu de mettre en place une sonde urinaire : cette manœuvre, très impressionnante mais très peu risquée, consiste à piquer avec une seringue directement dans la vessie pour vider une bonne partie de l’urine ! Évidemment, cela nécessite une bonne sédation de votre chat : il faut donc toujours peser le pour et le contre.

Si une cystocentèse est réalisée à domicile, le vétérinaire peut vous remettre un échantillon d’urine à emmener en même temps que votre chat vers sa structure d’hospitalisation. En effet, l’urine prélevée ainsi n’est pas du tout contaminée, ce qui la rend idéale pour toutes les analyses ultérieures dont votre matou pourrait avoir besoin !

  • Perfuser mon chat à domicile, vous dites ? Mais s’il n’est pas sondé, sa vessie va éclater !

Heureusement, ce n’est pas aussi simple !

Il est rarissime qu’une vessie se rompe, même chez un chat bouché. Quand cela arrive, c’est presque systématiquement à cause d’un traumatisme : par exemple si l’on appuie très fort sur la vessie pour tenter de la « forcer » à se vider !

Par contre la première cause de mortalité chez ces chats, c’est un arrêt cardiaque qui est lié à un déséquilibre dans le sang : le potassium est beaucoup, beaucoup trop présent, au point de devenir toxique pour le cœur ! Et la seule façon efficace et rapide de réduire la concentration du potassium dans le sang, c’est la perfusion.  

Autrement dit, il est bien plus dangereux de ne PAS perfuser votre chat, que de le perfuser avant de l’envoyer en structure d’hospitalisation pour la suite du traitement (dont le sondage urinaire).  

Pour la perfusion, le vétérinaire peut vous proposer une perfusion sous-cutanée (ou hypodermoclyse), qui sera absorbée progressivement pendant le transfert de votre chat vers la structure d’hospitalisation, ou une perfusion intraveineuse avec un cathéter. Cette dernière sera privilégiée si votre chat est très mal en point (couché sur le côté, en hypothermie, en forte bradycardie…) car elle agit plus vite. Et encore une fois, si décompresser la vessie semble vraiment très urgent, il est toujours possible de pratiquer une cystocentèse (voir ci-dessus) pour décompresser la vessie, avec un risque minimum !

Dans tous les cas, n’hésitez jamais à interroger le vétérinaire qui intervient chez vous pour comprendre le traitement qu’il propose : prendre le temps de vous expliquer pour que vous puissiez donner votre consentement éclairé, ça fait aussi partie de notre métier ;) !

  • Comment se passe la suite de la prise en charge ?

L’hospitalisation est très généralement recommandée pour la suite du traitement, notamment pour effectuer une perfusion sur la durée et mettre en place une sonde urinaire « à demeure ». Votre matou supportera mieux le trajet une fois stabilisé et grâce aux anti-douleurs, le transport devrait donc se dérouler dans les meilleures conditions possibles, compte tenu des circonstances.  

En fonction de l’état de votre chat, et notamment en cas de choc important, le vétérinaire qui est intervenu chez vous peut vous recommander de choisir une structure où une surveillance permanente de votre chat pourra être effectuée, jusqu’à ce qu’il soit hors de danger. Un compte-rendu complet de l’intervention et du traitement mis en place est systématiquement envoyé par Vet’in Vienne à la structure vétérinaire qui prend le relai. De cette façon, vous êtes assuré(e) que votre chat continue de recevoir les meilleurs soins, dans les meilleure conditions !

  • Et à long terme, on peut faire de la prévention ?

Les problèmes urinaires ont malheureusement souvent tendance à récidiver, c’est pourquoi il est si important de miser au maximum sur la prévention une fois l’urgence passée. Pour cela, votre vétérinaire traitant est l’interlocuteur idéal ! Parmi les facteurs sur lesquels vous pourrez tenter d’agir avec lui, on compte le surpoids, la sédentarité, le stress, l’alimentation ou encore la consommation d’eau.

 Une question ? N’hésitez pas à nous contacter via notre page Facebook : https://www.facebook.com/VetinVienne/ @VetinVienne

Vet’in Vienne, au service de votre animal !

 

 Sources :  

http://todaysveterinarypractice.navc.com/feline-urethral-obstruction-diagnosis-management/

A clinical review of pathophysiology, diagnosis, and treatment of uroabdomen in the dog and cat. JR Stafford, et al. J Vet Emerg Crit Care 2013, Vol 23, N 2, p. 216-229.

A protocol for managing urethral obstruction in male cats without urethral catheterization, Edward S. Cooper, VMD, MS, DACVECC, Tammy J. Owens, DVM, […], and C. A. Tony Buffington, DVM, PHD, DACVN

Blocked cats on a budget, Marc Seitz, DVM, DABVP (Canine and Feline Practice), Assistant Clinical Professor of Emergency Medicine, Mississippi State University College of Veterinary Medicine

Feline urethral obstruction : updates and controversies, Marc Seitz, DVM, DABVP (Canine and Feline Practice), Assistant Clinical Professor of Emergency Medicine, Mississippi State University College of Veterinary Medicine

Déséquilibres électrolytiques et acido-basiques du chat atteint de maladie obstructive du bas appareil urinaire. Nature et conséquences thérapeutiques à partir de 17 cas. THÈSE présentée à l’université CLAUDE-BERNARD – LYON I (Médecine – Pharmacie) et soutenue publiquement le 21 Juillet 2010 par Héléna ZERIS.

Comprendre et traiter les principales urgences médicales vitales chez le chien et le chat. THÈSE présentée et soutenue publiquement devant LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE CRÉTEIL par Emilie, Marie, Joséphine SOUPLET.

Crédits photos :

Photo credit: Steve Wilson on Visualhunt.com /  CC BY

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close